Une « marche des chômeurs » arrivera à Paris à le 6 juillet – Dépêche AFP

Plusieurs associations de demandeurs d’emploi et syndicats de Pôle emploi organisent une « marche des chômeurs », qui partira le 10 juin de la Réunion pour arriver le 6 juillet à Paris, annonce mardi le MNCP (Chômeurs et précaires) dans un communiqué.

« La marche partira de la Réunion le 10 juin, puis arrivera en métropole à Montpellier le 15 juin pour rejoindre Paris le 6 juillet, place de Stalingrad » et un autre convoi « partira également de l’est de la France », indique l’association.

La marche « s’arrêtera dans de nombreuses villes-étapes où seront organisés des événements (concerts, débats, rassemblements…) ».

Un collectif national regroupant des associations (MNCP, AC et APEIS, le DAL) et des syndicats de Pôle emploi (FSU/SNU et Solidaires/Sud Emploi) a été créé pour coordonner l’action et recueillir les soutiens (Attac, Roosevelt 2012, Fondation Copernic…), explique le MNCP.

Alors que le chômage atteint des records, « la marche, c’est un mouvement, porteur d’espoir, mais c’est aussi une grande occasion pour faire entendre la voix des chômeurs, les rendre visibles, pour que ne soient plus ignorées leur colère, leur parole et leurs propositions », explique le MNCP.

Les associations de chômeurs revendiquent notamment de participer à la seconde conférence sociale, les 20 et 21 juin à Paris, et entendent « donner de la voix » avant la négociation qui doit définir, avant la fin de l’année, de nouvelles règles pour l’assurance chômage.

Sorties déçues de leur rencontre le 15 mars avec le ministre du Travail, Michel Sapin, elles réclament par ailleurs sept mesures d’urgence, notamment un moratoire sur les « indus », ces allocations versées par erreur par Pôle emploi, une réforme des règles régissant les droits et obligations des chômeurs et le déclenchement « automatique » des aides de solidarité (RSA, ASS) lorsqu’un chômeur arrive en fin de droits.

Dépêche AFP du 28 mai 2013

Publicités

Conférence de presse de lancement de la marche !

Mardi 28 Mai à 11h, le Collectif de la marche des Chômeurs 2013 vous invite à la Conférence de presse pour le lancement officiel de son grand rendez-vous de l’année !

Ces derniers jours ont été marqués par une actualité reléguant une fois de plus les chômeurs,  précaires, et leurs représentants au rang de témoins impuissants des décisions politiques qui les concernent.

Le 12 mai, Jean-Marc Ayrault recevait les partenaires sociaux en vue de l’organisation de la Conférence dite « sociale » des 20 et 21 Juin 2013. Formation, Emploi, Retraites, autant de réformes décisives dont nous sommes une fois de plus exclus.

Le 13 mai, le Sénat votait la dite loi sur la « sécurisation de l’emploi » qui va encore plus loin dans le « détricotage » du droit du travail et la précarisation des travailleurs que n’avaient osé le faire les gouvernements précédents.

Le 16 mai, lors de son bilan annuel, François Hollande a réaffirmé sa croyance au miracle de l’inversion de la courbe du chômage d’ici fin 2013. En attendant, les chômeurs et travailleurs précaires voient leurs conditions de vie (santé, alimentation, logement…) s’aggraver, et, chaque jour, la France compte environ 1000 chômeurs de plus !

Face à cette urgence sociale que les prochains chiffres mensuels du chômage (fin mai) confirmeront, un collectif composé d’organisations de chômeurs et de syndicats lance un appel national aux chômeurs, précaires et personnes solidaires : « tous en marche pour nos droits du 10 Juin au 6 juillet 2013 !».

Cette marche est un mouvement de solidarité et de mobilisation collective. Elle a pour objectif de faire entendre la parole des chômeurs  et précaires dans tous le pays, et notamment lors de l’ouverture de la Conférence Sociale les 20 et 21 juin. Une nouvelle fois, nous demandons à être reçus par Jean-Marc Ayrault pour lui porter nos revendications. Nous voulons peser réellement sur les orientations politiques du gouvernement.

Conférence de presse Mardi 28 mai 2013 – 11h00

à la Maison des Chômeurs et Précaires de Paris

   17, rue du Docteur Potain (métro Télégraphe, ligne 11)

Avec des représentants de : MNCP, APEIS, AC, DAL, FSU,

SNU Pôle emploi et Solidaires, Sud Pôle Emploi

Marche des Chômeurs 2013

  10 juin 20136 juillet 2013

Nous, chômeurs, chômeuses et précaires,

En Marche sur Paris pour nos droits !

Nous, chômeurs, chômeuses et précaires, proposons des mesures d’urgence que le gouvernement a, jusqu’à ce jour, refusé de discuter.

Nous, chômeurs, chômeuses et précaires, pour qui les portes du « dialogue social » sont toujours fermées, souhaitons que nos propositions concernant Pôle emploi et la négociation Unédic soient entendues.

Nous, chômeurs, chômeuses en fin de droits à l’assurance chômage, demandons l’indemnisation de toutes les formes de chômage.

Nous, salariés et salariées des entreprises menacées de fermeture nous voulons un autre avenir que l’inscription au chômage tandis que dans les services publics la pénurie d’effectifs et de moyens remet en cause la qualité du service.

Nous, femmes en emploi précaire et CDD à temps partiels, demandons que la précarité soit bannie de l’univers du travail.

Nous, chômeurs, chômeuses sans-logis, mal-logés/es, exigeons l’arrêt des expulsions, la baisse des loyers et le respect de nos droits.

Nous, immigrés/es sans-papiers, demandons la régularisation pour vivre et travailler dignement en France.

Nous, chômeurs, chômeuses et précaires, étudiants, étudiantes ne pouvons attendre indéfiniment « l’inversion de la courbe du chômage » tandis que nous vivons avec des revenus en dessous du seuil de pauvreté.

Nous, chômeurs et salariés solidaires, réclamons le respect du droit au travail pour toutes et tous, notamment par la réduction du temps de travail à 32 heures.

Nous, salariés/es et retraités/es, refusons que le gouvernement fasse payer le chômage à l’ensemble de la société par une politique d’austérité tandis qu’une minorité profite des paradis fiscaux et s’enrichit sans retenue.

Nous, chômeurs, chômeuses et précaires, ensemble, avec le soutien des salariés/es solidaires, parce que nous refusons la fatalité du chômage, nous marcherons sur Paris pour que le Premier ministre ouvre le dialogue et réponde à nos propositions.

Nous, chômeurs, chômeuses et précaires,

nous ne voulons pas la courbe du chômage inversée
mais le chômage supprimé ! Rejoignez-nous !